Accueil

La verse, Boutigny sur Essonne, 2014. © Sylvain Gouraud

 

Un événement inédit 3fffffff de la Fondation Daniel et Nina Carasso qui fait dialoguer arts, sciences et société pour imaginer 1fffffffdemain.

Du vendredi 2 février 10h au samedi 3 février 22h
Cité internationale des arts
18 Rue de l’Hôtel de ville, 75004 Paris
2 jours et 1 nuit : 36h en continu
Entrée libre*
Accès aux personnes à mobilité réduite avec assistance.
* à l’exception de Discontrol Party, 22h-5h30, 10€. Billeterie : http://micadanses.com/billetterie/

« Nous ne sommes pas le nombre que nous croyons être » est proposé par la Fondation Daniel et Nina Carasso, en partenariat avec la Chaire “arts & sciences” (portée par l’École polytechnique / l’École nationale supérieure des Arts Décoratifs – PSL / la Fondation Daniel et Nina Carasso) et la Cité internationale des arts.
Cet événement rassemblera des centaines d’artistes, chercheurs et groupes de travail d’horizons géographiques et disciplinaires très variés autour d’une expérience inédite, en continu pendant 36h. Ils investiront plusieurs espaces de la Cité internationale des arts à Paris, lieu de vie ouvert au dialogue entre les cultures, en invitant les visiteurs à réfléchir sur le présent et à esquisser ensemble des voies d’avenir.

Le fil conducteur de ce foisonnant programme est l’univers romanesque de The Compass Rose (1982), un recueil de nouvelles de l’auteure américaine de science-fiction Ursula K. Le Guin. Nous essaierons de dessiner le paysage de ce qui pourrait exister dans le futur en tirant quelques fils de ces nouvelles et tenterons de sortir de notre zone de confort, d’accepter l’imprévisible, de nous frayer dans l’inconnu et de questionner à nouveau la valeur de la preuve, du doute, de l’accident et de l’enquête.

« Et avec eux, ou après eux, pourquoi un aventurier encore plus audacieux ne surgirait-il pas–le premier géolinguiste qui, ignorant les chants délicats et transitoires du lichen, lira derrière ces chants la poésie encore moins communicative, encore plus passive, totalement intemporelle, froide, volcanique des pierres : chacune d’entre elles étant un mot prononcé, il y a si longtemps, par la terre elle-même, dans l’immense solitude, dans la communauté encore plus immense, de l’espace »*

*Ursula K. Le Guin, L’auteur des graines d’acacia, in Les quatre vents du désir, Paris, éditions Pocket, 1988, p. 25

Deux jours et une nuit ouverts à tous les publics pour rencontrer des collectifs tant programmés qu’improvisés et découvrir une constellation d’expérimentations insolites. Pendant 36h, le public pourra s’aventurer dans un parcours à travers des phénomènes invisibles, des récits capturés, des expériences hybrides, des interprétations sérieuses ou affabulées sous forme d’œuvres, de conférences, d’ateliers et de performances. Grâce à la richesse de la programmation et des intervenants d’envergure internationale, chacun sera invité à prendre le temps de réfléchir à des préoccupations scientifiques, écologiques, citoyennes, mais aussi à participer aux processus de travail et d’élaboration des savoirs.
Avec cet évènement, la Fondation Daniel & Nina Carasso crée un moment de dialogue renouvelé entre artistes, scientifiques, penseurs et le grand public. A travers des rencontres, des ateliers participatifs et des expérimentations partagées, se dessine la volonté d’outrepasser les frontières entre experts, spécialistes, créateurs, étudiants et novices, mais aussi d’explorer et découvrir de nouvelles expériences esthétiques, multi sensorielles et créatives. La mise en dialogue de tous ces acteurs doit permettre de nous poser cette question fondamentale : comment inventer des formes qui convoquent et représentent, qui activent et mobilisent, afin d’imaginer un futur désirable et un projet de société qui émerge de notre volonté collective ?